Medtech. La start-up DBS System a développé une plaque microfluidique….

L’avance technologique reconnueMedtech.

La start-up DBS System a développé une plaque microfluidique pour remplacer la seringue.

Une levée de fonds est en cours.Fini la peur des seringues. Le processus de prise de sang connaît une évolution importante et moins traumatisante. Basée à Gland, la start-up DBS System souhaite moderniser une méthode datant des années 1970 en démocratisant le procédé. Créée en décembre 2010 par les co-créateurs Julien Déglon, Aurélien Thomas et Julien Dumont, la start-up a ainsi développé une plaque microfluidique ressemblant à un porte-cartes de visite. Elle est constituée de micro canaux paramétrés lui permettant de contrôler le volume de sang nécessaire. Le patient se pique tout simplement le bout du doigt pour recueillir une goutte de sang. La quantité de sang requise, 20 microlitres, va pénétrer directement dans les canaux. «Les gros tubes de sang ne sont plus nécessaires!», se réjouit Julien Déglon. A la suite de la fermeture du couvercle, les canaux vont libérer lesang sur une surface absorbante, similaire à du papier buvard. Le sang est ainsi conservé de manière sécurisée. «Si les canaux ne sont pas correctement remplis, précise Julien Déglon, le sang ne sera pas transféré par le papier filtre. Cette standardisation de l’ensemble du procédé nous confère un avantage certain.» Le sang ainsi séché est facilement transportable et ne nécessite pas un système de refroidissement pour le conserver sous forme liquide. Minimisant le risque de contamination. La conception de la structure de la plaque microfluidique assure également une simplification de la chaîne logistique des échantillons de sang, dans le transport et le stockage. «Envoyé par la poste, le système confère une optimisation des résultats», souligne Julien Déglon.

En parallèle, DBS System développe une seconde génération de carte permettant non seulement un contrôle du volume de sang récolté mais également une extraction du plasma de haute pureté. La fonctionnalisation des plaques garantirait une séparation des globules rouges du sang dans le but d’avoir une matrice compatible pour un large panel d’analyses sanguines. «Nous sommes encore en phase de développement, indique Julien Déglon. Nous travaillons de concert avec l’EPFL pour optimiser le produit.

Avec desbrevets déposés en Europe et aux Etats-Unis, la start-up cible le marché de la pédiatrie dont les barrières d’entrées sont facilitées. Selon une réflexion des co-créateurs, il est nécessaire de travailler le marché adulte par le biais des enfants. «La pédiatrie a une influence directe sur les mœurs des patients. Nous voulons d’abord inculquer cette nouvelle procédure aux enfants, avant de franchir un nouveau palier.» Deux segments sont à l’étude: l’oncologie pédiatrique et le secteur du screening néo-natal.

Le développement et le prototypage terminés, le directeur général de DBS System, Eric Ödman, mène actuellement une phase de levée de fonds à hauteur d’un million de francs. Avec les soutiens de la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI), labourse FIT, le Service de la promotion économique et du commerce du canton de vaud (SPECo) et le réseau Platinn, la direction de DBS System veut maintenant être visible sur la scène nationale de l’innovation. Ainsi, la recherche d’investissements se ferait dans un réseau déjà structuré. Grâce au partenariat conclu avec l’industriel Weidmann Medical Technology (Rapperswil), le montant permettrait d’optimiser la production du device et de débuter une phase de commercialisation. «La carte a été validée dans un laboratoire hospitalier et une étude est en cours au sein d’une société pharmaceutique, spécifie le directeur général. Il nous faut encore franchir l’étape de certification Marquage CE en déposant un dossier d’enregistrement. On espère le lancer fin 2014.

En guise de conclusion, Eric Ödman confie que l’ambition de DBS System est de commercialiser le produit en pharmacie, «à côté des tests de grossesse.

Link to Source Article: http://goo.gl/bzvZ1s

DBS System révolutionne et simplifie les prises de sang

DBS System révolutionne et simplifie les prises de sang

Bientôt, il ne sera plus nécessaire de se rendre chez son médecin ou dans un centre de prélèvement pour effectuer une prise de sang, ni de subir une piqûre dans le bras, souvent effrayante pour les enfants. Il sera possible de le faire chez soi en se piquant le bout du doigt à l’aide d’une lancette. Grâce à la technologie développée par DBS System, il est désormais possible de recueillir une quantité minime mais très précise de sang sur un support absorbant puis de l’envoyer par la poste au laboratoire chargé de l’analyser. Ce qui ressemble à un petit porte-cartes de visite a été développé par le Dr Julien Déglon et le Dr Aurélien Thomas, tous deux cofondateurs de la société DBS System lancée en décembre 2010 qui compte aussi Julien Dumont, cofondateur en charge de la gestion et Eric Ödman pour l’exécutif. Au-delà du confort pour le patient, cette carte microfluidique simplifie toute la chaîne logistique des échantillons de sang (transport, stockage, etc.) tout en garantissant au praticien d’obtenir des résultats fiables. Ces chercheurs ont déjà un autre projet en tête, une seconde génération de carte permettant non seulement un contrôle du volume de sang récolté mais aussi d’en extraire le plasma de manière simple et automatisée, sans avoir recours à du matériel de laboratoire.

Comment vous est venue cette idée ?

Le papier buvard est un support utilisé depuis les années 60 notamment pour le dépistage néonatal. Grâce à l’amélioration constante des instruments d’analyse, il est maintenant possible d’effectuer en routine des analyses de sang sur de très faibles volumes, de l’ordre de quelques microlitres. On avait d’abord élaboré un automate capable d’intégrer le papier filtre dans un spectromètre de masse, on y a travaillé mais sans le commercialiser et comme nous ne l’avions pas protégé, cela a été fait par d’autres. C’est alors que nous avons eu l’idée d’améliorer l’étape du prélèvement de sang en intégrant de la technologie au papier filtre. De cette idée est née l’entreprise DBS System.

Comment cela fonctionne-t-il exactement ?

Nous avons mis au point une plaque fluidique constituée de micro canaux paramétrés pour en contrôler le volume, ici 5 microlitres. Il suffit de se piquer le bout du doigt puis de l’approcher et, par capillarité, la quantité de sang requise va pénétrer rapidement dans ces canaux. Une fois les micro canaux remplis, il suffit de basculer le couvercle qui les supporte, et le papier filtre va alors entrer en contact avec la sortie de ces canaux et en absorber le sang de manière sécurisée. Si le micro canal n’est pas convenablement rempli, le sang ne sera pas transféré sur le papier filtre ce qui permet de standardiser la procédure. Et c’est l’un des avantages de notre système.

En pratiquant soi-même n’y a-t-il pas un risque de contamination ?

Non, car on préconise au préalable de se laver les mains simplement avec du savon, tout comme on désinfecte un bras avant une piqûre. De plus, les instruments qui vont analyser l’échantillon sont suffisamment sélectifs pour éviter d’analyser d’éventuelles interférences.

Vos échantillons de sang se conservent-ils mieux que ceux prélevés de façon traditionnelle ?

Oui car le sang est séché et plus transporté sous forme liquide qui nécessite de maintenir une chaîne du froid. De plus, des études ont démontré que ces échantillons stockés à l’air ambiant étaient encore analysables un an après.

Quand votre carte sera-t-elle disponible et combien coûtera-t-elle ?

Son prototype est prêt, il fonctionne, il a été validé dans un laboratoire hospitalier et une étude est en cours au sein d’une société pharmaceutique. Il nous faut encore franchir l’étape de certification Marquage CE en déposant un dossier d’enregistrement. On espère le lancer fin 2014. On pourra alors l’acquérir notamment en pharmacie pour 10 francs environ.

Qui s’y intéresse déjà ?

Les hôpitaux et les industries pharmaceutiques qui recherchent des techniques de prises de sang simplifiées, moins dommageables, comme par exemple en pédiatrie, où des prélèvements de sang doivent être effectués sur des enfants ou des nouveaux-nés. Mais aussi pour des analyses sur les petits animaux de laboratoire réduisant significativement le nombre de sacrifices.

Vous avez déjà bénéficié de quelques aides, dont celle récente d’Innovaud, touchez-nous en un mot.

Nous avons été soutenus par la CTI, la FIT, le SPECo, le réseau Platinn aussi. Et enfin Innovaud qui nous permet des mises en relation de qualité et grâce à laquelle on a pu constituer un réseau.

Propos recueillis par Jacques Musy

Link to Article Source: http://goo.gl/8sPZQ8

DBS System is selected by the Alpine Venture Forum committee to present its innovative micro-sampling solution.

The event  will be a unique occasion for the most promising Life Sciences, Clean Technology and Information Technology entrepreneurs from Switzerlandand its surrounding regions (including Rhône Alpes, Franche Comté, Alsace, Baden Würtemberg, Bayern, Tirol, Aosta, Piemonte, Lombardia, Trentino Alto Adige – Süd Tirol) to meet and present themselves to active international investors and corporations seeking investment and partnerships. AVF will be an important platform to promote a dynamic and professional image of innovative entrepreneurship and venture capital of the Alpine area to the rest of Europe.

The best high growth companies

30-40 early stage companies from Vaud and Switzerland and its surrounding regions will be selected to present at the Forum by the Selection Board, who will asses them on the basis of  their business potential, technology merit, competitive position, investment interest and  team experience.

The Alpine Venture Forum 2013 is also promoted as a 2013 European Venture Contest Semi-Final, and the top quartile (best 25%) companies from the Alpine Venture Forum have qualified for the European Venture Summit which will take place at the end of 2013.

Link to Source Article: http://goo.gl/aP3TUr